Les carillons à clavier

Un carillon est un instrument de musique constitué d'un ensemble de cloches fixes harmonisées permettant de jouer un air mélodique. Etymologiquement, un carillon comporte quatre cloches (quadrillo), ce qui permet déjà de jouer des airs simples, mais la plupart des instruments en ont beaucoup plus.

[ Les différents types de carillon | Le carillonneur | La musique pour carillon ]

Les différents types de carillon

La conception d'un carillon a évolué dans le temps et selon les régions.

Carillon chinois du marquis Yi (IV° s. av. <small>J.-C.</small>)
Carillon chinois du marquis Yi (IVe s. av. J.-C.)

Les carillons les plus anciens, découverts en Chine, sont constitués de cloches suspendues à un portique, cloches qui sont frappées manuellement à l'aide d'un maillet ou d'un heurtoir. Ce type de carillon était courant en Europe à l'époque du Moyen Age : on le trouve illustré dans les enluminures des psautiers représentant le roi David frappant un jeu de quatre ou cinq cloches, voire douze cloches. Un portique de cloches est aussi utilisé par des compositeurs contemporains comme Alain Kremski pour son instrumentarium.

Vinrent au XIVe siècle les premiers mécanismes d'horloge et l'apparition des premiers carillons automatiques. Dans ce cas, la frappe est animée par un cylindre associé à un dispositif d'entraînement et de régulation avec contrepoids, comportant des taquets actionnant un système de tringles reliés à un marteau frappant sur la cloche (à l'intérieur ou à l'extérieur).

Carillon à cylindre

De tels instruments à cylindre, tels des boîtes à musique, ont été construits jusqu'au début du XXe siècle, avec parfois des cylindres imposants. Celui situé dans le clocher de l'église de Châlons-en-Champagne, fabriqué par Ernest et Amédée Bollée en 1863, mesure 2,40 m de long pour un diamètre de 1,80 m, en fonte d'une seule pièce, percé de 33 984 trous, sur lesquels sont vissés des taquets en bronze, réglables en position, destinés à actionner un jeu de cinquante-six cloches.

Actuellement, les carillons automatiques sont régulés par des microprocesseurs électroniques.

Carillon de Saint-Pétersbourg en Russie (cliché S. de Becker)
Carillon de Saint-Pétersbourg en Russie (cliché S. de Becker)

Carillon de Corneville-sur-Risle (27)

Dès le XVIe siècle, on assiste au développement du carillon à clavier manuel. Un clavier en bois, tel un clavier à piano mais plus souvent avec des touches en forme de « manche de brouette » (on parle aussi de clavier à coup de poing), actionne les marteaux via une tringlerie. Ceci permet d'apporter plus de nuances qu'un dispositif automatique. Le carillonneur porte des gants pour protéger ses doigts et la tranche de la main. En sus du clavier, il peut y avoir un pédalier destiné à actionner les cloches les plus graves.

Les grands carillons se sont développés en Flandre et aux alentours (Pays-Bas, Belgique, Nord de la France) ; on en trouve cependant dans quelques autres régions (Bourgogne, Rhône-Alpes). Il existe aussi des carillons mobiles (carillon ambulant) montés sur des remorques de camion et qui permettent de faire connaître le carillon dans les bourgs ne disposant pas d'instrument fixe ou pour donner des concerts à plusieurs instruments.

Instrument de musique, l'ensemble des cloches doit être consonnant. Ceci implique que le fondeur apporte un grand soin à la fabrication des cloches et soit en mesure de les accorder.

La tessiture d'un carillon est donnée par le nombre de cloches. Elle peut couvrir parfois plus de trois octaves chromatiques et permettre de jouer des œuvres musicales compliquées.

Sont considérés officiellement comme instrument de concert les instruments qui disposent de vingt-trois cloches ou plus (quatre-vingt-six instruments en France). Certains instruments peuvent comporter jusqu'à soixante-dix-sept cloches (carillon de Kirk-in-the-Hills, dans le Michigan, aux Etats-Unis).

Dans le Sud de la France (Pays d'Oc), il existe aussi de nombreux carillons à clavier mais avec une étendue plus limitée (huit à vingt cloches fixes), ce qui n'enlève rien à leur caractère d'instrument de musique populaire.

Toutes catégories de carillon confondues (ensembles de cloches tintées de quatre à soixante-dix cloches), on dénombre en France plus de 375 instruments manuels et automatiques.

Mini logo

Eric Brottier au carillon de Châlons-en-Champagne

Le carillonneur

Le carillon, instrument d'expression populaire, qui peut être entendu facilement dans un rayon de plusieurs centaines de mètres, est joué en fonction des événements civils ou religieux (Noël, mariages, kermesses, ducasses...) ou à l'occasion de festivals musicaux.

Le carillonneur est un musicien instrumentiste comme les autres, qui aime son instrument et a plaisir à jouer pour son auditoire. Des écoles de carillon existent dans différents pays. En France, c'est en 1970 qu'a été mise en place l'Ecole française de carillon, à Tourcoing dans le cadre de l'Ecole nationale de musique, puis à Douai, en 1978, au sein du Conservatoire national de Région. L'enseignement est sanctionné par un diplôme de Carillonneur ou de Maître-Carillonneur, selon le niveau, décerné par un jury international. Les élèves s'entraînent généralement sur des claviers d'étude ou sur un carillon ambulant.

Chaque pays a sa Guilde de carillonneurs (en France, la Guilde des carillonneurs de France). Ces guildes sont fédérées au sein de la Fédération mondiale du Carillon, créée en 1974. Son congrès se tient tous les quatre ans.

Chaque année, la période estivale favorise les manifestations musicales de plein air et les carillons redoublent d'activité. Il existe plusieurs festivals de carillon.

Mini logo

La musique pour carillon

Si les carillonneurs aiment improviser ou transposer des airs folkloriques, certains jouent des airs empruntés au répertoire classique (œuvres pour clavecin ou pour piano, notamment). Des musiciens composent aussi spécifiquement pour le carillon. Des partothèques spécialisées permettent aux carillonneurs d'accéder aux partitions les plus appropriées pour le carillon et de choisir leurs morceaux en fonction des concerts qu'ils vont donner.

Lo Nadalet

Il s'agit d'une vieille tradition languedocienne qui est demeurée vivante dans les bourgs comportant des carillons. Le concert débute le 17 décembre et se poursuit juqu'au 25 décembre avec une œuvre supplémentaire chaque jour au programme. Il existe aussi une variante : le « Laudate » qui débute le 11 décembre.

logo Le langage des cloches